Skip to main content | Go to site map | Read our accessibility commitment

RAPPORT DE GESTION

Rapport de gestion

Dans ce rapport de gestion, les expressions nous, notre/nos, BCE et la société désignent, selon le contexte, BCE Inc. ou, collectivement, BCE Inc., Bell Canada, leurs filiales, leurs partenariats et leurs entreprises associées. Bell désigne, selon le contexte, Bell Canada ou, collectivement, Bell Canada, ses filiales, ses partenariats et ses entreprises associées. MTS désigne, selon le contexte, jusqu’au 17 mars 2017, Manitoba Telecom Services Inc. ou, collectivement, Manitoba Telecom Services Inc. et ses filiales; et Bell MTS désigne, à partir du 17 mars 2017, les activités combinées de MTS et de Bell Canada au Manitoba.

Tous les montants dans ce rapport de gestion sont en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire. Se reporter à la section 10.2, Mesures financières non conformes aux PCGR et indicateurs de performance clés, aux pages 115 à 118, pour obtenir la liste des mesures financières non conformes aux PCGR et des indicateurs de performance clés définis.

Se reporter aux états financiers consolidés audités de BCE pour l’exercice clos le 31 décembre 2018 lorsque vous lirez ce rapport de gestion.

Avec prise d’effet le 1er janvier 2018, nous avons adopté la Norme internationale d’information financière (IFRS) 15, Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients, comme il est décrit à la section 10.1, Nos méthodes comptables, rétrospectivement pour chaque période de 2017 présentée antérieurement. Nous avons également reclassé certains montants de périodes antérieures afin que leur présentation soit cohérente avec celle de la période considérée.

Sauf indication contraire, en préparant ce rapport de gestion, nous avons tenu compte de l’information disponible jusqu’au 7 mars 2019, soit la date du présent rapport de gestion.

Vous trouverez des renseignements supplémentaires concernant BCE, dont les états financiers consolidés audités de BCE pour l’exercice clos le 31 décembre 2018, la notice annuelle de BCE pour l’exercice clos le 31 décembre 2018 (notice annuelle 2018 de BCE), datée du 7 mars 2019, ainsi que les derniers rapports financiers sur le site Web de BCE, à BCE.ca, sur SEDAR, à sedar.com, et sur EDGAR, à sec.gov.

Ce rapport de gestion traite de nos activités d’exploitation, de notre performance, de notre situation financière et d’autres sujets pour les deux exercices clos les 31 décembre 2018 et 2017.

Le rapport annuel 2018 de BCE, y compris ce rapport de gestion et, en particulier, mais sans s’y limiter, la section 1.4, Stratégie relative aux marchés financiers, la rubrique 2, Impératifs stratégiques, la section 3.2, Perspectives commerciales et hypothèses, la rubrique 5, Analyse des secteurs d’activité, et la section 6.7, Liquidité, de ce rapport de gestion, contiennent des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives comprennent, sans s’y limiter, des déclarations portant sur notre performance financière projetée pour 2019, l’objectif de croissance du dividende, la politique de distribution de dividendes sur actions ordinaires et le dividende sur actions ordinaires annualisé pour 2019 de BCE, les objectifs de la ligne de conduite financière de BCE et les progrès que nous prévoyons réaliser pour atteindre ces objectifs, les sources de liquidités auxquelles nous prévoyons recourir pour répondre à nos besoins de liquidités prévus en 2019, la capitalisation prévue de nos régimes d’avantages postérieurs à l’emploi en 2019, nos plans de déploiement pour les réseaux et les dépenses d’investissement, les perspectives commerciales, objectifs, plans et priorités stratégiques de BCE, ainsi que d’autres déclarations qui ne renvoient pas à des faits historiques. Une déclaration est dite prospective lorsqu’elle utilise les connaissances actuelles et les prévisions du moment pour formuler une déclaration touchant l’avenir. Habituellement, les termes comme hypothèse, but, orientation, objectif, perspective, projet, stratégie, cible et d’autres expressions semblables, ainsi que les temps et les modes comme le futur et le conditionnel de certains verbes tels que viser, s’attendre à, croire, prévoir, avoir l’intention de, planifier, chercher à et aspirer à, permettent de repérer les déclarations prospectives. Toutes ces déclarations prospectives sont faites conformément aux « dispositions refuges » prévues dans les lois canadiennes applicables en matière de valeurs mobilières et dans la loi américaine Private Securities Litigation Reform Act of 1995.

Sauf indication contraire de notre part, les déclarations prospectives qui figurent dans le rapport annuel 2018 de BCE, y compris dans le présent rapport de gestion, décrivent nos attentes en date du 7 mars 2019 et, par conséquent, pourraient changer après cette date. Sauf dans la mesure où les lois applicables en matière de valeurs mobilières l’exigent, nous ne nous engageons aucunement à mettre à jour ou à réviser ces déclarations prospectives, même à la suite de l’obtention de nouveaux renseignements ou de l’occurrence d’événements futurs, ni pour toute autre raison.

Les déclarations prospectives, du fait même de leur nature, font l’objet de risques et d’incertitudes intrinsèques et reposent sur plusieurs hypothèses, tant générales que précises, donnant lieu à la possibilité que les résultats ou les événements réels diffèrent de façon significative des attentes exprimées ou sous-entendues dans ces déclarations prospectives et que nos perspectives commerciales, objectifs, plans et priorités stratégiques ne soient pas atteints. Ces états ne représentent pas une garantie de la performance ni des événements futurs, et nous mettons en garde le lecteur contre le risque que représente le fait de s’appuyer sur ces déclarations prospectives. Les déclarations prospectives qui figurent dans le rapport annuel 2018 de BCE, y compris dans ce rapport de gestion, sont présentées dans le but d’aider les investisseurs et les autres parties à comprendre nos objectifs, nos priorités stratégiques, nos perspectives commerciales, ainsi que le contexte dans lequel nous prévoyons exercer nos activités. Le lecteur est donc mis en garde contre le fait que cette information pourrait ne pas convenir à d’autres fins.

Nous avons formulé certaines hypothèses relatives à l’économie, au marché et aux activités d’exploitation dans la préparation des déclarations prospectives figurant dans le rapport annuel 2018 de BCE et, en particulier, mais sans s’y limiter, des déclarations prospectives figurant dans les rubriques et sections mentionnées précédemment du présent rapport de gestion. Ces hypothèses comprennent, sans s’y limiter, les hypothèses qui sont décrites dans les différentes sections du présent rapport de gestion intitulées Perspectives commerciales et hypothèses, intégrées par renvoi dans la présente mise en garde. Nous jugeons que nos hypothèses étaient raisonnables au 7 mars 2019. Si nos hypothèses se révélaient inexactes, nos résultats réels pourraient être considérablement différents de ce que nous prévoyons.

Les principaux facteurs de risque, y compris, sans s’y limiter, ceux liés à la concurrence, au cadre réglementaire, à la sécurité, à la technologie, aux activités d’exploitation, aux conditions économiques et financières et autres en conséquence desquels les résultats ou les événements réels pourraient différer de façon significative de ceux qui sont exprimés ou sous-entendus dans les déclarations prospectives mentionnées précédemment et les autres déclarations prospectives contenues dans le rapport annuel 2018 de BCE, et en particulier dans ce rapport de gestion, comprennent, mais sans s’y limiter, les risques décrits ou mentionnés à la rubrique 9, Risques d’entreprise, intégrée par renvoi dans la présente mise en garde.

Le lecteur est prié de tenir compte du fait que les risques décrits dans la rubrique mentionnée précédemment et dans les autres rubriques de ce rapport de gestion ne sont pas les seuls risques susceptibles de nous toucher. D’autres risques et incertitudes que, pour l’instant, nous ignorons ou jugeons négligeables pourraient également avoir une incidence défavorable significative sur notre situation financière, notre performance financière, nos flux de trésorerie, nos activités ou notre réputation. Sauf indication contraire de notre part, les déclarations prospectives ne tiennent pas compte de l’effet potentiel d’éléments exceptionnels, ni de cessions, de monétisations, de fusions, d’acquisitions, d’autres regroupements d’entreprises ou d’autres transactions qui pourraient être annoncés ou survenir après le 7 mars 2019. L’incidence financière de ces transactions et de ces éléments exceptionnels peut s’avérer complexe et dépend de faits particuliers à chacun d’eux. Nous ne pouvons donc décrire de manière significative l’incidence prévue ni la présenter de la même façon que les risques connus touchant nos activités.

­ ­