Skip to main content | Go to site map | Read our accessibility commitment

7.2 Information financière trimestrielle

7.2 Information financière trimestrielle

Le tableau suivant présente les principales données financières consolidées de BCE pour chacun des trimestres de 2018 et de 2017. Cette information trimestrielle n’est pas auditée, mais elle a été préparée sur la même base que les états financiers consolidés annuels. Les facteurs qui ont entraîné la variation de nos résultats au cours des huit derniers trimestres sont analysés tout au long de ce rapport de gestion.

 

2018          2017         

 

T4  T3  T2  T1  T4  T3  T2  T1 

Produits d’exploitation

                               

Tirés des services

5 231
5 117
5 129
4 964
5 152
5 054
5 078
4 811

Tirés des produits

984  760  657  626  884  643  610  525 

Total des produits d’exploitation

6 215
5 877
5 786
5 590
6 036
5 697
5 688
5 336

BAIIA ajusté

2 394
2 457
2 430
2 254
2 329
2 405
2 382
2 166

Coûts liés aux indemnités de départ, aux acquisitions et autres

(58)(54)(24)  (47)(23)(36)(84)

Amortissement des immobilisations corporelles

(799)(779)(787)(780)(783)(760)(767)(724)

Amortissement des immobilisations incorporelles

(216)(220)(221)(212)(208)(207)(210)(185)

Charges financières

                               

Charges d’intérêts

(259)(255)(246)(240)(241)(242)(238)(234)

Intérêts liés aux obligations au titre des avantages postérieurs à l’emploi

(18)(17)(17)(17)(18)(18)(18)(18)

Autres (charges) produits

(158)(41)(88)(61)(62)(56)(1)17 

Impôt sur le résultat

(244)(224)(292)(235)(272)(249)(298)(250)

Bénéfice net

642  867  755  709  698  850  814  688 

Bénéfice net attribuable

                               

aux actionnaires ordinaires

606  814  704  661  656  803  765  642 

Bénéfice net par action ordinaire

                               

De base et dilué

0,68  0,90  0,79  0,73  0,72  0,90  0,85  0,73 

Nombre moyen d’actions ordinaires en circulation – de base (en millions)

898,1  898,0  898,0  900,2  900,6  900,4  900,1  875,7 

AUTRES RENSEIGNEMENTS

                               

Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation

1 788
2 043
2 057
1 496
1 658
2 233
2 154
1 313

Flux de trésorerie disponibles

1 022
1 014
994  537  652  1 183
1 094
489 

Dépenses d’investissement

(974)(1 010)(1 056)(931)(1 100)(1 040)(1 042)(852)


 

FAITS SAILLANTS DU QUATRIÈME TRIMESTRE


PRODUITS D’EXPLOITATIONT4 2018  T4 2017  VARIATION ($)  % DE VARIATION 
Services sans fil de Bell2 248
2 149
99  4,6 %
Services sur fil de Bell3 296
3 218
78  2,4 %
Bell Média850  834  16  1,9 %
Éliminations intersectorielles(179)(165)(14)(8,5)%
Total des produits d’exploitation de BCE6 215
6 036
179  3,0 %









BAIIA AJUSTÉ T4 2018   T4 2017   VARIATION ($)   % DE VARIATION  
Services sans fil de Bell889  846  43  5,1 %
Services sur fil de Bell1 329
1 312
17  1,3 %
Bell Média176  171  5  2,9 %
Total du BAIIA ajusté de BCE2 394
2 329
65  2,8 %

Les produits d’exploitation de BCE ont augmenté de 3,0 % au T4 2018 par rapport à l’exercice précédent, en raison de la croissance dans nos trois secteurs. L’augmentation d’un exercice à l’autre reflète la hausse des produits tirés des services et des produits des activités ordinaires tirés des produits de 1,5 % et de 11,3 %, respectivement.

Le bénéfice net de BCE a diminué de 8,0 % au T4 2018 par rapport au T4 2017, principalement en raison de la hausse des autres charges, ce qui inclut les charges attribuables aux pertes de valeur de 190 millions $ relatives à notre secteur Bell Média, à l’augmentation du montant au titre de la dotation aux amortissements et à la hausse des charges financières, partiellement compensées par la hausse du BAIIA ajusté et la baisse de l’impôt sur le résultat.

Le BAIIA ajusté de BCE a augmenté de 2,8 % au T4 2018 par rapport au T4 2017, ce qui découle des hausses d’un exercice à l’autre enregistrées dans nos trois secteurs. La marge du BAIIA ajusté de BCE, qui s’est établie à 38,5 %, a légèrement diminué par rapport à la marge de 38,6 % enregistrée à l’exercice précédent, ce qui est imputable à la proportion plus importante de ventes de produits générant de faibles marges de nos produits des activités ordinaires.

Les produits d’exploitation des Services sans fil de Bell ont augmenté de 4,6 % au T4 2018 par rapport à la période correspondante de 2017, dans la foulée de la hausse des produits tirés des services et des produits des activités ordinaires tirés des produits. Les produits tirés des services sans fil ont augmenté de 2,2 % d’un exercice à l’autre, en raison de la croissance continue de notre clientèle d’abonnés des services postpayés, atténuée par la baisse du PMU combiné. La diminution du PMU combiné découle de la baisse des frais excédentaires d’utilisation des données et des services vocaux attribuable à l’adoption plus généralisée par les abonnés de forfaits plus avantageux en matière de données, à l’attribution plus importante des produits des activités ordinaires aux produits des activités ordinaires tirés des produits en raison de la proportion plus grande de téléphones intelligents haut de gamme en service et des prix de détail plus élevés des combinés, à la baisse du PMU généré par le contrat conclu avec SPC ainsi qu’à l’effet dilutif sur le PMU combiné découlant de l’essor continu du nombre d’abonnés du service prépayé de Lucky Mobile. Cette diminution a été atténuée par le nombre grandissant d’abonnés optant pour des forfaits mensuels à valeur plus élevée offrant une limite d’utilisation des données supérieure et par l’effet des modifications des prix en 2017 et en 2018. Les produits des activités ordinaires tirés des produits dans le sans-fil ont augmenté de 11,0 % d’un exercice à l’autre, en raison des ventes accrues d’appareils haut de gamme et des prix de détail plus élevés des combinés, partiellement contrebalancés par la diminution des activations brutes et des mises à niveau.

Le BAIIA ajusté des Services sans fil de Bell a augmenté de 5,1 % au T4 2018 par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent, en raison de l’effet de la progression des produits des activités ordinaires, freinée par la hausse de 4,3 % des charges d’exploitation. L’augmentation des charges d’exploitation s’explique principalement par la hausse du coût des produits vendus découlant de l’augmentation du nombre d’appareils haut de gamme vendus et des coûts des combinés ainsi que par la hausse des coûts d’exploitation des réseaux découlant de l’expansion de la capacité des réseaux, partiellement compensée par la baisse des frais de commercialisation entraînée principalement par l’augmentation des dépenses de publicité au T4 2017 qui se rapporte en partie au lancement de Lucky Mobile. La marge du BAIIA ajusté, établie en fonction du total des produits d’exploitation de 39,5 % au T4 2018, est demeurée essentiellement stable par rapport à 39,4 % au T4 2017.

Les produits d’exploitation tirés des Services sur fil de Bell ont augmenté de 2,4 % au T4 2018 par rapport à l’exercice précédent, ce qui découle de la croissance des produits tirés des services de 1,5 % et des produits des activités ordinaires tirés des produits de 12,0 %. La croissance des produits tirés des services découle de l’accroissement continu du nombre d’abonnés des services Internet et de télé IP, de l’effet des modifications des prix des services résidentiels en 2017 et en 2018, de l’augmentation des services de connectivité IP qui reflète la contribution de l’acquisition d’Axia, de la croissance des produits tirés des solutions d’affaires, ainsi que de l’augmentation des ventes de minutes de conversations interurbaines internationales dans notre marché de gros. Cette augmentation a été partiellement atténuée par la hausse des coûts d’acquisition d’abonnés et de fidélisation de la clientèle, aux forfaits de services résidentiels en réponse aux offres accrocheuses lancées par les concurrents dans la câblodistribution, et à l’érosion continue des produits tirés de nos services voix, de notre service de télé par satellite et de nos services de données traditionnels. L’augmentation d’un exercice à l’autre des produits des activités ordinaires tirés des produits reflète la demande accrue des grandes entreprises clientes pour les équipements ainsi que l’augmentation des ventes de produits électroniques grand public à La Source.

Le BAIIA ajusté des Services sur fil de Bell a augmenté de 1,3 % au T4 2018, par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent, en raison de l’effet de la progression au chapitre de la croissance des produits des activités ordinaires, ce qui a été en partie atténué par l’augmentation des coûts d’exploitation de 3,2 % découlant de la hausse des coûts des ventes qui se rapporte principalement à la croissance des produits des activités ordinaires tirés des produits, des solutions d’affaires et des minutes de conversations interurbaines internationales, contrebalancée par le maintien des mesures efficaces de compression des coûts, y compris les réductions de personnel. La marge du BAIIA ajusté a diminué pour se chiffrer à 40,3 % au T4 2018 par rapport à une marge de 40,8 % enregistrée au T4 2017, en raison de la proportion plus importante des ventes de produits générant de faibles marges dans nos produits des activités ordinaires.

Les produits d’exploitation tirés de Bell Média ont augmenté de 1,9 % au T4 2018, par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent, en raison de la hausse des produits tirés de la publicité attribuable à la hausse des tarifs de la publicité à la télé traditionnelle et spécialisée, à l’amélioration des cotes d’écoute des chaînes de télé spécialisée ainsi qu’à l’incidence favorable de l’excellence de la grille horaire de la programmation d’automne des chaînes de télé traditionnelle. L’augmentation des produits tirés de l’affichage extérieur attribuable aux produits publicitaires liés aux médias numériques et au transport a également contribué à la hausse des produits tirés de la publicité, partiellement contrebalancée par la faiblesse continue du marché de la radio. Les produits tirés des frais d’abonnement sont demeurés essentiellement stables au T4 2018 par rapport à l’exercice précédent, car la baisse des abonnés des services linéaires a été largement compensée par l’augmentation des services spécialisés dans les sports entraînée par TSN et RDS Direct, la croissance continue des produits de Crave offerts directement aux consommateurs et la hausse des tarifs de certaines EDR.

Le BAIIA ajusté de Bell Média a augmenté de 2,9 % au T4 2018, par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent, car la hausse des produits d’exploitation a plus que compensé une hausse de 1,7 % des charges d’exploitation liée à la hausse des frais de commercialisation en vue de soutenir le lancement en novembre du tout nouveau service Crave, notre service de vidéo en continu sur demande (qui inclut maintenant The Movie Network), la hausse des coûts relatifs à la programmation et au contenu principalement liée aux droits de diffusion dans les sports, les coûts accrus de l’affichage extérieur imputables à la hausse des produits des activités ordinaires et à l’enrichissement continu du contenu de nos produits de Crave, atténuées par les économies liées aux coûts de la programmation télévisuelle réalisées grâce aux changements apportés à la grille horaire.

Les dépenses d’investissement de BCE ont totalisé 974 millions $ au T4 2018. Ce montant correspond à un ratio d’intensité du capital de 15,7 %, ce qui représente une baisse de 126 millions $ et de 2,5 points, respectivement, par rapport au T4 de l’exercice précédent. La diminution des dépenses d’investissement d’un exercice à l’autre découle de la baisse des dépenses dans nos trois secteurs. Les dépenses dans les Services sans fil de Bell ont diminué de 86 millions $ d’un exercice à l’autre, en raison du rythme de dépenses plus lent par rapport à l’exercice précédent. La baisse des dépenses d’investissement dans les Services sur fil de Bell de 35 millions $ au T4 2018 découle principalement du calendrier des dépenses d’investissement, car la majorité des dépenses ont été effectuées au cours du premier semestre de l’exercice. Les dépenses d’investissement de Bell Média ont diminué de 5 millions $ au T4 2018, principalement en raison des investissements plus importants en 2017 liés à l’exécution des contrats d’affichage extérieur obtenus ainsi que de la modernisation des studios de diffusion et du matériel de production télévisuelle de Bell Média.

Les coûts liés aux indemnités de départ, aux acquisitions et autres de BCE, de 58 millions $ au T4 2018, ont augmenté de 11 millions $ par rapport au T4 2017, surtout en raison de l’augmentation des autres coûts.

L’amortissement des immobilisations corporelles de BCE, de 799 millions $ au T4 2018, a augmenté de 16 millions $ d’un exercice à l’autre, surtout en raison d’un volume accru d’immobilisations, car nous avons continué d’investir dans nos réseaux à large bande et sans fil ainsi que dans nos services de télé IP.

L’amortissement des immobilisations incorporelles de BCE, de 216 millions $ au T4 2018, a augmenté par rapport à 208 millions $ au T4 2017, en raison essentiellement d’un volume accru d’immobilisations.

Les charges d’intérêts de BCE se sont élevées à 259 millions $ au T4 2018, en hausse par rapport à 241 millions $ au T4 2017, en raison principalement des niveaux d’endettement moyens plus élevés et de la hausse des taux d’intérêt moyens sur les effets à payer en vertu de programmes d’emprunts sous forme de papier commercial et d’emprunts titrisés par des créances clients.

Les autres charges de BCE, de 158 millions $ au T4 2018, ont augmenté de 96 millions $ d’un exercice à l’autre, surtout en raison de la hausse des charges attribuables aux pertes de valeur dans notre secteur Bell Média.

L’impôt sur le résultat de BCE de 244 millions $ au T4 2018 a diminué par rapport à 272 millions $ au T4 2017, essentiellement en raison de la baisse du bénéfice imposable.

Le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de BCE s’est élevé à 606 millions $ au T4 2018, soit 0,68 $ par action, en baisse par rapport à 656 millions $, soit 0,72 $ par action, au T4 2017. La diminution d’un exercice à l’autre est attribuable principalement à l’augmentation des autres charges, qui comprenaient les charges attribuables aux pertes de valeur de 190 millions $ relatives à notre secteur Bell Média, à la hausse du montant au titre de la dotation aux amortissements et à l’augmentation des charges financières, partiellement compensée par l’augmentation du BAIIA ajusté et la baisse de l’impôt sur le résultat. Le bénéfice net ajusté a augmenté pour s’établir à 794 millions $, comparativement à 736 millions $ au T4 2017, et le BPA ajusté a augmenté à 0,89 $, par rapport à 0,82 $ au T4 2017.

Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation de BCE se sont élevés à 1 788 millions $ au T4 2018, comparativement à 1 658 millions $ au T4 2017. L’augmentation est principalement attribuable à l’amélioration du fonds de roulement, à la baisse de l’impôt sur le résultat payé et à la hausse du BAIIA ajusté, partiellement contrebalancées par la hausse des cotisations volontaires versées aux régimes de retraite PD en 2018.

Les flux de trésorerie disponibles de BCE générés au T4 2018 se sont établis à 1 022 millions $, une augmentation de 370 millions $ par rapport au T4 2017. Cette hausse s’explique essentiellement par l’augmentation des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, exclusion faite des cotisations volontaires aux régimes de retraite PD et des coûts liés aux acquisitions et autres coûts payés et de la baisse des dépenses d’investissement.


CONSIDÉRATIONS SUR LE CARACTÈRE SAISONNIER

Une partie des produits et des charges de nos secteurs varie légèrement selon les saisons, ce qui pourrait avoir une incidence sur les résultats d’exploitation d’un trimestre à l’autre.

Les résultats d’exploitation des Services sans fil de Bell sont influencés par les dates de lancement de nouveaux appareils mobiles et les offres promotionnelles saisonnières, comme la période du retour en classe, le Vendredi fou et la période des fêtes, ainsi que par le niveau d’intensité de la concurrence dans l’ensemble. En raison de l’incidence saisonnière, les dépenses relatives à l’acquisition d’abonnés et à la fidélisation de la clientèle découlant des mises à niveau d’appareils dans le cadre des renouvellements de contrats sont habituellement plus élevées aux troisième et aux quatrième trimestres. Par conséquent, le BAIIA ajusté est habituellement inférieur aux troisième et quatrième trimestres, en raison des coûts liés aux volumes saisonniers plus élevés. En ce qui concerne la FMU, nous avons enregistré historiquement des augmentations séquentielles saisonnières aux deuxième et troisième trimestres, en raison des niveaux d’utilisation et d’itinérance plus élevés au cours du printemps et de l’été, suivis habituellement par des diminutions séquentielles saisonnières aux quatrième et premier trimestres. Cependant, cette incidence saisonnière sur la FMU s’est atténuée, du fait que les forfaits offrant des options d’appels illimités et plus de données assortis de frais mensuels récurrents plus élevés sont de plus en plus répandus; ainsi, la variabilité des frais facturés pour l’utilisation des services de données est moindre.

Les produits tirés des Services sur fil de Bell ont tendance à être plus élevés au quatrième trimestre, en raison des ventes historiquement plus élevées de produits de données et d’équipements aux clients d’affaires et des ventes, également plus élevées, d’équipements électroniques grand public pendant la période des fêtes. Cependant, cette situation varie d’une année à l’autre selon la vigueur de l’économie et la présence ou non d’initiatives de vente ciblées, ce qui peut influencer les dépenses des clients. L’activité des abonnés des services de téléphonie, de télé et Internet est sujette à de légères fluctuations saisonnières, attribuables en grande partie aux déménagements des ménages pendant les mois d’été et à la période du retour en classe au troisième trimestre. Les efforts de commercialisation ciblés menés à diverses périodes de l’année pour coïncider avec des événements spéciaux ou les campagnes de commercialisation de grande envergure peuvent également avoir une incidence sur les résultats d’exploitation globaux des services sur fil.

Les produits tirés de Bell Média et les charges connexes provenant de la télédiffusion et de la radiodiffusion découlent en grande partie de la vente de publicité. La demande en publicité dépend de la conjoncture économique ainsi que des variations saisonnières et cycliques. Ces variations découlent du niveau des cotes d’écoute de la télé, en particulier au cours de la saison de programmation d’automne, des saisons des grandes ligues sportives et d’autres événements sportifs spéciaux, comme les Jeux olympiques, les séries éliminatoires de la LNH et la Coupe du Monde de soccer, ainsi que des fluctuations dans l’activité de vente au détail au cours de l’exercice.



­ ­