Skip to main content | Go to site map | Read our accessibility commitment

10.2 Mesures financières non définies par les PCGR et indicateurs de performance clés

10.2 Mesures financières non conformes aux PCGR et indicateurs de performance clés

La présente section décrit les mesures financières non conformes aux PCGR et les indicateurs de performance clés que nous utilisons dans ce rapport de gestion pour expliquer nos résultats financiers. Elle présente également un rapprochement des mesures financières non conformes aux PCGR avec les mesures financières conformes aux normes IFRS les plus comparables.

Au T1 2018, nous avons mis à jour notre définition du bénéfice net ajusté et du BPA ajusté de manière à exclure les pertes nettes (profits nets) lié(e)s à la valeur de marché sur dérivés utilisés à titre de couverture économique des régimes de rémunération fondée sur des actions qui sont réglés en instruments de capitaux propres, car ils pourraient avoir une influence sur la comparabilité de nos résultats financiers et peuvent éventuellement donner une fausse représentation de l’analyse des tendances en matière de performance de l’entreprise. Le bénéfice net ajusté et le BPA ajusté pour 2017 ont également été mis à jour à des fins de comparabilité.


BAIIA AJUSTÉ ET MARGE DU BAIIA AJUSTÉ

Les termes BAIIA ajusté et marge du BAIIA ajusté n’ont pas de définition normalisée en vertu des normes IFRS. Il est donc peu probable qu’ils puissent être comparés avec des mesures similaires présentées par d’autres émetteurs.

Nous définissons le BAIIA ajusté comme les produits d’exploitation moins les coûts d’exploitation, comme il est présenté dans les états consolidés du résultat net de BCE. Le BAIIA ajusté des secteurs de BCE correspond au bénéfice sectoriel présenté à la note 4, Information sectorielle, des états financiers consolidés de 2018 de BCE. Nous définissons la marge du BAIIA ajusté comme le BAIIA ajusté divisé par les produits d’exploitation.

Nous utilisons le BAIIA ajusté et la marge du BAIIA ajusté pour évaluer la performance de nos activités, puisqu’ils reflètent leur rentabilité continue. Nous croyons que certains investisseurs et analystes utilisent le BAIIA ajusté pour évaluer la capacité d’une société d’assurer le service de sa dette et de satisfaire à d’autres obligations de paiement, et qu’il constitue une mesure courante servant à évaluer les entreprises dans l’industrie des télécommunications. Nous croyons que certains investisseurs et analystes utilisent également le BAIIA ajusté et la marge du BAIIA ajusté pour évaluer la performance de nos activités. Le BAIIA ajusté est également un facteur dans la détermination de la rémunération incitative à court terme pour l’ensemble des dirigeants.

Il n’existe aucune mesure financière conforme aux normes IFRS directement comparable au BAIIA ajusté et à la marge du BAIIA ajusté. Pour remédier à cette situation, le tableau suivant présente un rapprochement du bénéfice net et du BAIIA ajusté.

  2018  2017 

Bénéfice net

2 973  3 050 

Coûts liés aux indemnités de départ, aux acquisitions et autres

136  190 

Amortissement des immobilisations corporelles

3 145  3 034 

Amortissement des immobilisations incorporelles

869  810 

Charges financières

       

Charges d’intérêts

1 000  955 

Intérêts liés aux obligations au titre des avantages postérieurs à l’emploi

69  72 

Autres charges

348  102 

Impôt sur le résultat

995  1 069 

BAIIA ajusté

9 535  9 282 

Produits d’exploitation de BCE

23 468  22 757 

Marge du BAIIA ajusté

40,6 %40,8 %

 


BÉNÉFICE NET AJUSTÉ ET BPA AJUSTÉ

Les termes bénéfice net ajusté et BPA ajusté n’ont pas de définition normalisée en vertu des normes IFRS. Il est donc peu probable qu’ils puissent être comparés avec des mesures similaires présentées par d’autres émetteurs.

Nous définissons le bénéfice net ajusté comme le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires avant les coûts liés aux indemnités de départ, aux acquisitions et autres, les pertes nettes (profits nets) lié(e)s à la valeur de marché sur dérivés utilisés à titre de couverture économique des régimes de rémunération fondée sur des actions qui sont réglés en instruments de capitaux propres, les pertes nettes (profits nets) sur placements, les coûts liés au remboursement anticipé de la dette et les charges pour perte de valeur, déduction faite de l’impôt et des PNDPC. Nous définissons le BPA ajusté comme le bénéfice net ajusté par action ordinaire de BCE.

Nous utilisons le bénéfice net ajusté et le BPA ajusté et nous croyons que certains investisseurs et analystes utilisent ces mesures, entre autres, pour évaluer la performance de nos activités avant l’incidence des coûts liés aux indemnités de départ, aux acquisitions et autres, des pertes nettes (profits nets) lié(e)s à la valeur de marché sur dérivés utilisés à titre de couverture économique des régimes de rémunération fondée sur des actions qui sont réglés en instruments de capitaux propres, des pertes nettes (profits nets) sur placements, des coûts liés au remboursement anticipé de la dette et des charges pour perte de valeur, déduction faite de l’impôt et des PNDPC. Nous excluons ces éléments parce qu’ils ont une influence sur la comparabilité de nos résultats financiers et peuvent éventuellement donner une fausse représentation de l’analyse des tendances en matière de performance de l’entreprise. Le fait d’exclure ces éléments ne veut pas dire qu’ils sont non récurrents.

Le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires et le BPA sont les mesures financières conformes aux normes IFRS les plus comparables.

Le tableau suivant présente un rapprochement du bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires et du BPA avec le bénéfice net ajusté, préparé sur une base consolidée et par action ordinaire de BCE (BPA ajusté), respectivement.

  2018      2017     
  TOTAL  PAR ACTION  TOTAL  PAR ACTION 

Bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires

2 785  3,10  2 866  3,20 

Coûts liés aux indemnités de départ, aux acquisitions et autres

100  0,11  143  0,16 

Pertes nettes (profits nets) lié(e)s à la valeur de marché sur dérivés utilisés à titre de couverture économique des régimes de rémunération fondée sur des actions qui sont réglés en instruments de capitaux propres

58  0,07  (55)(0,05)

Pertes nettes sur placements

47  0,05  29  0,03 

Coûts liés au remboursement anticipé de la dette

15  0,02  15  0,02 

Charges pour perte de valeur

146  0,16  60  0,06 

Bénéfice net ajusté

3 151  3,51  3 058  3,42 
 

FLUX DE TRÉSORERIE DISPONIBLES ET RATIO DE DISTRIBUTION

Les termes flux de trésorerie disponibles et ratio de distribution n’ont pas de définition normalisée en vertu des normes IFRS. Il est donc peu probable qu’ils puissent être comparés avec des mesures similaires présentées par d’autres émetteurs.

Nous définissons les flux de trésorerie disponibles comme les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, déduction faite des coûts liés aux acquisitions et autres payés, qui comprennent les coûts importants liés aux litiges, et du financement des cotisations volontaires aux régimes de retraite, moins les dépenses d’investissement, les dividendes sur actions privilégiées et les dividendes payés par des filiales aux détenteurs de PNDPC. Nous excluons les coûts liés aux acquisitions et autres payés et le financement des cotisations volontaires aux régimes de retraite parce qu’ils ont une influence sur la comparabilité de nos résultats financiers et peuvent éventuellement donner une fausse représentation de l’analyse des tendances en matière de performance de l’entreprise. Le fait d’exclure ces éléments ne veut pas dire qu’ils sont non récurrents.

Nous considérons les flux de trésorerie disponibles comme un important indicateur de la solidité financière et de la performance de nos activités, car ils révèlent le montant des fonds disponibles pour payer des dividendes sur actions ordinaires, rembourser la dette et réinvestir dans notre société. Nous croyons que certains investisseurs et analystes utilisent les flux de trésorerie disponibles pour évaluer une entreprise et ses actifs sous-jacents et pour évaluer la solidité financière et la performance de nos activités. Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation sont la mesure financière conforme aux normes IFRS la plus comparable.

Nous définissons le ratio de distribution comme les dividendes payés sur actions ordinaires divisés par les flux de trésorerie disponibles. Nous considérons le ratio de distribution comme un important indicateur de la solidité financière et de la performance de nos activités, car il met en évidence la pérennité des paiements de dividendes de la société.

Le tableau suivant présente un rapprochement des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation et des flux de trésorerie disponibles, sur une base consolidée.

  2018  2017 
Flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation7 384  7 358 
Dépenses d’investissement(3 971)(4 034)
Dividendes en trésorerie payés sur actions privilégiées(149)(127)
Dividendes en trésorerie payés par des filiales aux détenteurs de PNDPC(16)(34)
Coûts liés aux acquisitions et autres payés79  155 
Cotisations volontaires aux régimes de retraite PD240  100 
Flux de trésorerie disponibles3 567  3 418 


 

DETTE NETTE

Le terme dette nette n’a pas de définition normalisée en vertu des normes IFRS. Il est donc peu probable qu’il puisse être comparé avec des mesures similaires présentées par d’autres émetteurs.

Nous définissons la dette nette comme la dette à court terme plus la dette à long terme et 50 % des actions privilégiées, moins la trésorerie et les équivalents de trésorerie, comme il est présenté dans les états consolidés de la situation financière de BCE. Nous incluons 50 % des actions privilégiées en circulation dans notre dette nette afin de respecter la méthode de traitement employée par certaines agences de notation.

Nous considérons la dette nette comme un important indicateur du levier financier de la société, car elle représente le montant de la dette qui n’est pas couvert par la trésorerie et les équivalents de trésorerie disponibles. Nous croyons que certains investisseurs et analystes utilisent la dette nette pour déterminer le levier financier d’une société.

Il n’existe aucune mesure financière conforme aux normes IFRS directement comparable à la dette nette, mais celle-ci est calculée selon plusieurs catégories d’actifs et de passifs des états de la situation financière, comme il est présenté dans le tableau ci-dessous.

  2018   2017 
Dette à court terme 4 645   5 178 
Dette à long terme 19 760   18 215 
50 % des actions privilégiées en circulation 2 002   2 002 
Trésorerie et équivalents de trésorerie (425 )(625)
Dette nette 25 982   24 770 
 


RATIO DE LEVIER FINANCIER NET

Le terme ratio de levier financier net n’a pas de définition normalisée en vertu des normes IFRS. Il est donc peu probable qu’il puisse être comparé avec des mesures similaires présentées par d’autres émetteurs. Nous utilisons le ratio de levier financier net et nous croyons que certains investisseurs et analystes utilisent cette mesure pour évaluer le levier financier.

Le ratio de levier financier net correspond à la dette nette divisée par le BAIIA ajusté. Aux fins du calcul du ratio de levier financier net, le BAIIA ajusté désigne le BAIIA ajusté des 12 derniers mois.


RATIO BAIIA AJUSTÉ/CHARGES D’INTÉRÊTS NETTES

Le terme ratio BAIIA ajusté/charges d’intérêts nettes n’a pas de définition normalisée en vertu des normes IFRS. Il est donc peu probable qu’il puisse être comparé avec des mesures similaires présentées par d’autres émetteurs. Nous utilisons le ratio BAIIA ajusté/charges d’intérêts nettes et nous croyons que certains investisseurs et analystes utilisent cette mesure pour évaluer la solidité financière de la société.

Le ratio BAIIA ajusté/charges d’intérêts nettes correspond au BAIIA ajusté divisé par les charges d’intérêts nettes. Aux fins du calcul de notre ratio BAIIA ajusté/charges d’intérêts nettes, le BAIIA ajusté désigne le BAIIA ajusté de BCE des 12 derniers mois. Les charges d’intérêts nettes correspondent aux charges d’intérêts nettes des 12 derniers mois, comme il est présenté dans nos tableaux des flux de trésorerie, plus 50 % des dividendes déclarés sur actions privilégiées, comme il est présenté dans nos états du résultat net.


INDICATEURS DE PERFORMANCE CLÉS


En plus des mesures financières non conformes aux PCGR décrites précédemment, nous utilisons un certain nombre d’indicateurs de performance clés pour évaluer les progrès accomplis à l’égard de nos impératifs stratégiques. Ces indicateurs ne sont pas des mesures comptables et pourraient ne pas être comparables à des mesures similaires présentées par d’autres émetteurs.

INDICATEURS DE PERFORMANCE CLÉS



DÉFINITION

FMU

La facturation moyenne par utilisateur (FMU) ou abonné est le montant moyen approximatif facturé aux clients sur une base mensuelle et sert à effectuer le suivi de nos flux de facturation récurrents. Cette mesure équivaut au PMU combiné, la mesure qui était utilisée avant l’adoption d’IFRS 15. La FMU combinée des services sans fil correspond à certains montants facturés aux clients divisés par le nombre moyen d’abonnés pour la période visée, et est exprimée en unité monétaire par mois.

PMU



Le produit moyen par utilisateur (PMU) ou par abonné constitue une mesure pour effectuer le suivi de nos sources de produits des activités ordinaires récurrentes, qui a été mis à jour pour refléter l’adoption d’IFRS 15. Le PMU combiné des services sans fil correspond à certains produits tirés des services divisés par le nombre moyen d’abonnés pour la période visée, et est exprimé en unité monétaire par mois.

Intensité du capital



L’intensité du capital correspond aux dépenses d’investissement divisées par les produits d’exploitation.

Taux de désabonnement



Le taux de désabonnement correspond aux annulations d’abonnement aux services par les abonnés. Il s’agit d’une mesure de notre capacité à conserver nos abonnés. Le taux de désabonnement des services sans fil correspond au nombre de désactivations au cours d’une période donnée divisé par le nombre moyen d’abonnés de notre clientèle pour une période visée, et est exprimé en pourcentage par mois.

Unité d’abonnement

Une unité d’abonnement des services sans fil se compose d’une unité génératrice de produits active (p. ex., les appareils mobiles, les tablettes ou les produits Internet sans fil), assortie d’un identificateur unique (habituellement un numéro d’identité internationale d’équipement mobile (IIEM)), qui a accès à nos réseaux sans fil. Nous présentons les unités d’abonnement des services sans fil en deux catégories, soit les unités d’abonnement des services postpayés et les unités d’abonnement des services prépayés. Les unités d’abonnement des services prépayés sont considérées comme étant actives pendant une période de 120 jours après l’expiration du solde prépayé de l’abonné.

Une unité d’abonnement des services sur fil se compose d’une unité génératrice de produits active ayant accès à nos services, dont les services Internet, de télé par satellite, de télé IP et/ou les SAR. Un abonné compte parmi notre clientèle d’abonnés une fois que le service a été installé dans ses locaux et qu’il est fonctionnel, et qu’une relation de facturation a été établie.

  • Les abonnés des services Internet, de télé IP et de télé par satellite ont accès aux services sur une base individuelle et sont représentés principalement par une unité de logement.
  • Les abonnés des SAR ont une ligne associée à un compte et sont représentés par un numéro de téléphone unique.
­ ­